Qui est en ligne ?

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui1834
mod_vvisit_counterHier1810
mod_vvisit_counterCette semaine8960
mod_vvisit_counterLa semaine dernière13569
mod_vvisit_counterCe mois-ci28035
mod_vvisit_counterLe mois dernier57016
mod_vvisit_counterTotal2056517
:  en ligne
Votre IP: 54.227.127.109
 , 
Aujourd'hui: Déc 15, 2017

pub01

Lundi, 01 Février 2016 14:23

Tourisme : Regagner les Marchés Perdus

Written by 
Rate this item
(0 votes)

C’est là les conclusions à tirer d’une certaine politique touristique qui a conduit à la contraction des flux touristiques vers le Royaume, surtout au départ de pays traditionnellement émetteurs comme ceux de l’Europe et qui accusent un décalage de plus en plus patent avec le discours obstinément optimiste coupe des réalités. C’est dire qu’il y a beaucoup à faire. Et, pour l’heure, trois axes de travail nous paraissent devoir être retenus pour mettre en œuvre une nouvelle politique du tourisme.

• Premier axe : une évaluation

conséquente du produit Maroc.

Les atouts du Royaume sont connus : proximité géographique de l’Europe, qualité de l’infrastructure, richesse des traditions, variété des reliefs, hospitalité des nationaux... Mais tout cela a-t-il été valorisé de la manière la plus optimale ? Ne s’est-on pas borné depuis des années à « gérer » ce produit sans beaucoup de créativité ni d’imagination alors que nous pouvions fort bien élargir la gamme de notre produit touristique et mettre l’accent par exemple sur la dimension culturelle, architecturale du Royaume. A la limite, un produit aussi porteur que le Maroc s’est trouvé progressivement déclassé par rapport à de nouvelles destinations dans la région méditerranéenne à telle enseigne qu’il a commencé à accuser son âge.

• Deuxième axe : la nécessite d’une nouvelle politique de promotion et de commercialisation.

Depuis des lustres, notre promotion commerciale fléchissait, paraissant plus guidée par une méthodologie bureaucratique que par l’agressivité et la pugnacité qu’impose le monde moderne. Les cibles commerciales n’étaient guère bien identifiées ; les segments potentiels de clientèles à sensibiliser n’étaient pas davantage cernés ; les particularités des marchés émetteurs n’étaient pas non plus affinées ; bref, on continuait à reconduire des plans de promotion sans tellement se soucier ni de leur pertinence ni de leur cohérence. Pareille démarche n’a de chance de donner des résultats significatifs que si elle s’accompagne évidemment de la mise sur pied des structures les plus opératoires et des hommes les plus performants. Un immense travail de réévaluation est à faire au-dedans et au dehors.

Au-dedans, en se penchant sur les instruments d’intervention pour qu’ils retrouvent efficacité et continuité. Qu’il s’agisse de l’ONMT, des délégations régionales ou d’autres structures, il y a assurément un sérieux audit à faire pour identifier les carences et les insuffisances, pour les corriger ensuite et, enfin, pour confier des responsabilités aux hommes à la hauteur des tâches actuelles. Au dehors, de gros efforts doivent être également déployés : si certains délégués ne manquent pas de qualité, il en est beaucoup aussi qui ne peuvent sérieusement justifier d’un apport d’activités satisfaisant. De plus, il manque à l’administration centrale, une structure de suivi du travail de ces délégués qui sont livrés à eux-mêmes et qui ne sont pas tenus par des objectifs à réaliser.

• Ce troisième axe vient compléter les deux autres : il a pour nom la concertation.

Le ministère du Tourisme n’a pas d’hôtels à gérer en nom propre, ni d’intérêts particuliers a défendre ; il est un instrument du gouvernement au service de la politique touristique nationale. Il est là pour aider les professionnels et non pas pour les ignorer- quand il ne leur met pas franchement des bâtons dans les roues.

C’est avec tous les professionnels qu’une politique de dialogue doit être désormais menée car ce sont eux qui sont en contact avec les tour-opérateurs étrangers ; ce sont eux aussi qui sont à l’écoule des mutations qui s’opèrent dans le tourisme international ; ce sont eux, enfin, qui ont initie d’importants investissements hôteliers qui font la fierté et la qualité du produit Maroc. Cela ne veut pas dire pour autant que le ministère du Tourisme n’ait d’autre choix que d’appliquer leur loi ; mais cela implique qu’au-delà des approches catégorielles particulières puisse se dégager une vision commune du tourisme marocain, permettant à celui-ci de continuer à être l’un des vecteurs du développement économique national pour le plus grand profit de tous.

Bien entendu, l’amélioration de notre produit ne pourra se faire que s’il est assaini d’une manière conséquente. La qualité du service, la qualité de la formation laissent beaucoup à désirer dans de nombreux hôtels chez nous. Un contrôle constant doit être mené dans les différentes prestations (transports, hébergements, repas...) pour maintenir un niveau de qualité constant. De même, plus de rigueur devrait être apportée dans une gestion efficace, dans une politique de cadres et d’employés, sans oublier la surveillance des prix et leur adéquation au standing réel des hôtels pour éviter soit le dumping- qui pénalise à terme la qualité des prestations.

Soit la spéculation pure et simple sans commune mesure avec les prix offerts par des établissements de même catégorie.

Une bonne partie des hôteliers n’a pas fait, en effet, les efforts nécessaires pour mener une politique dynamique de promotion ; or c’est dans leur direction qu’un « retard » doit être rattrapé pour qu’ils se hissent au niveau des exigences d’une gestion moderne. Le succès de cette nouvelle politique qui doit être lancée sur des bases assainies et des structures remaniées sera probant si nous arrivons à terme à regagner les parts de marchés perdus. C’est à cela qu’il faut s’atteler dans les mois à venir si l’on ne veut pas que le produit Maroc soit le grand perdant, en Méditerranée, des mutations qui se font et s’accélèreront d’ici à l’an 2016.

Read 858 times

Espace Publicitaire

AP-Almohades-casa.jpgatlashospitality.jpg

Votre avis nous intéresse

N’hésitez pas à nous envoyer vos commentaires à l’adresse

vietouristique@gmail.com

avis
  Copyright © 2011-2015 --- La Vie Touristique
Designed by Créative web