Qui est en ligne ?

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui1224
mod_vvisit_counterHier2004
mod_vvisit_counterCette semaine10354
mod_vvisit_counterLa semaine dernière13569
mod_vvisit_counterCe mois-ci29429
mod_vvisit_counterLe mois dernier57016
mod_vvisit_counterTotal2057911
:  en ligne
Votre IP: 54.163.210.170
 , 
Aujourd'hui: Déc 16, 2017

pub01

Lundi, 16 Mai 2016 11:45

La Gazelle d’or à Taroudant : Grandeur et décadence

Written by 
Rate this item
(0 votes)

La Gazelle d’or a longtemps été le palace favori des écrivains, artistes, milliardaires et des... Chirac. Un héritier surgit du néant, une bataille d’avocat et une décision de justice ont brutalement interrompu ce conte des mille et une nuits.

La Gazelle d’Or a été créée en 1956 par Jean Pellenc, baron belge de nationalité américaine et ouverte au public en Avril 1961, en maison d’hôtes de haut standing pour recevoir ses invités venant des quatre coins du monde. Entre 1961 et 1972, plusieurs directeurs sont passés et le plus remarquable a été M. Corona qui a contribué au positionnement de ce bijou d’hôtellerie. Le baron est décédé en 1972 et sa veuve a vendu la Gazelle d’or à M. Abdellah Lazrak, agent immobilier à Casablanca en 1974. De 1972 aux années 80, l’établissement a traversé le désert.

Avec l’arrivée de Mme Bennis, la Gazelle d’or a repris des couleurs et récupéré ses lettres de noblesse. La rénovation et la créativité ont été l’objectif principal de Mme Bennis pour faire de cet établissement un havre de paix où on peut apprécier également le luxe feutré des meilleurs hôtels internationaux. Il y a plus de 30 ans, de travail de fourmi pour rendre ce site intégré à son environnement, un domaine unique qui répond à une forte inspiration d’authenticité, de naturel et de respect de l’environnement. Ce lieu prestigieux joue un rôle important dans le développement touristique de la région. Cette unité est menacée et risque de disparaître.

Le 5 avril 2015, Madame Bennis est dans l’obligation de vider les lieux, sommée de le faire par une décision de justice. La Gazelle d’Or, cette année, la nature est toujours aussi céleste mais imperceptiblement, quelque chose a changé, les toiles de Claudio Bravo, l’artiste qui a peint Taroudant sous toutes ses couleurs, ont disparu de la galerie d’entrée, tout comme les beaux livres de la bibliothèque etc... C’est un massacre programmé. L’hôtel est à l’abandon, les célèbres clients sont remplacés par les hippies, les saletés sont partout, constate la commission du tourisme, les loges du personnel sont dans un état déplorable, un directeur libanais occupe la suite de l’ancien président Chirac se conduit comme un colonialiste en terre brulée. A tel point que la Gazelle actuelle ne peut être classée qu’à trois étoiles.

Les pires mécomptes attendirent la Gazelle d’or.

La règle de gestion n’a pas été respectée que l’on a malheureusement dû constater des déconfitures d’un effet déplorable dans tous les sens.

Vraiment regrettables pour l’un des plus beaux hôtels du Royaume.


Read 855 times

Espace Publicitaire

AP-Almohades-casa.jpgatlashospitality.jpg

Votre avis nous intéresse

N’hésitez pas à nous envoyer vos commentaires à l’adresse

vietouristique@gmail.com

avis
  Copyright © 2011-2015 --- La Vie Touristique
Designed by Créative web