Qui est en ligne ?

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui115
mod_vvisit_counterHier1841
mod_vvisit_counterCette semaine115
mod_vvisit_counterLa semaine dernière13078
mod_vvisit_counterCe mois-ci44274
mod_vvisit_counterLe mois dernier60301
mod_vvisit_counterTotal1954866
:  en ligne
Votre IP: 54.80.132.10
 , 
Aujourd'hui: Oct 23, 2017

pub01

Jeudi, 16 Juin 2016 10:35

La côte du Rif de Tanger… à Nador Maroc Tourist, grandeur et décadence

Written by 
Rate this item
(0 votes)

La côte du Rif de Tanger… à Nador

Maroc Tourist, grandeur et décadence

Depuis le plan Triennal 1965-1967, le développement du tourisme est considéré comme une des principales priorités de la politique économique et le plan quinquennal a consacré à l’équipement touristique un montant de 760 millions de dh dont l’essentiel est à la charge de l’Etat a accentué davantage cette orientation, et prévoyant l’accueil d’un million de touristes en 1972.

Dans ce cadre, le pouvoir publique a conçu un développement intégral et intégré de la côte Méditerranéenne. A cette époque, il y avait des décideurs compétents et visionnaires (Moulay Ahmed Alami, ministre du tourisme, M. Hassan Ababou, ministre de tourisme à part entière, M. Ahmed Benkirane, directeur de la Caisse de Dépôt et de Gestion, M. Mohamed Lazrak, directeur de CIH qui ont pris à bras corps le développement de cette région en réalisant une infrastructure moderne, des hôtels qui répondent aux critères de haut standing ainsi que des centres d’animations et de loisirs. De 1er ordre. Dans ce cadre, une société de gestion hôtelière filiale de la CDG a été créée (Maroc Tourist) M. Raghai Abdelkamel qui a succédé à M. Benkirane à la tête de la Caisse de Dépôt et de Gestion a choisi l’homme qu’il faut pour la diriger, il s’agit d’un grand financier M. Abdelhadi Alami qui a pris les reines en choisissant une bonne équipe qui a multiplié les actions promotionnelles en sillonnant les marchés émetteurs et le résultat a été probant.

Restinga affiché complet de mai à Septembre ainsi qu’Al Hoceima par les touristes étrangers et la côte méditerranéenne touristique a décollé, des changements de personnes dans les organismes engagés et surtout la CDG bailleur de fond de ces infrastructures. Le départ de M. Alami de Maroc Tourist est catastrophique, l’arrivé de M. Fadel Lahlou qui a la caisse a été la décadence de nos stations méditerranéenne. M. Lahlou nommait des directeurs à Maroc Tourist sans compétence et c’était une mort lente de nos stations du Nord.

Pendant très longtemps, seul le littoral atlantique fut doté d’un équipement touristique conséquent. Cela a suffi pour faire dire du Maroc qu’il était un pays essentiellement atlantique. Mais dans les années 60, une prise de conscience des autorités marocaines sur l’importance du patrimoine touristique de la côte du Rif, de sa position

géographique, et du sens de l’accueil et de l’hospitalité de ses habitants, les pouvoirs publics marocains avaient décidé et entrepris

d’importants travaux de mise en valeur et d’équipement du versant méditerranéen.

La côte du Rif, de Tanger à la frontière algérienne est baignée par les eaux cristallines de la Méditerranée. De très gros efforts ont été faits pour mettre en valeur les plages magnifiques sur le littoral marocain dans les environs de Tétouan à Smir, à Oued Laou, à M’Diq à Taifor. Là alternent sur des kilomètres criques et calanques, plages de sable et de galets, falaises plongeant à pic dans la mer. Les eaux calmes des baies sont très favorables à la pratique du ski nautique et de la pêche sous-marine.

En 1967, des hôtels, des clubs de vacances, des centres touristiques et commerciaux construits sur les plages faisaient de la côte méditerranéenne du Maroc un lieu de séjour inoubliable.

Ce littoral voit les rochers et les brisants alterner avec les étendues sablonneuses des innombrables plages. A part celles qui sont recommandées par la tradition touristique. Une randonnée sur les côtes du Maroc constituait une découverte sans cesse renouvelée de plages ignorées et de paysages captivants, mais malheureusement la tendance gestion n’a pas suivi.

Voici quelqu’une des étapes

de voyage.

Tanger :

C’est dit la légende, Antée, fils de Neptune et de la Terre, qui aurait fondé la ville en l’appelant « Tingo », du nom de sa femme. Hercule l’étouffa dans ses bras en le soulevant de la terre où il puisait ses forces : le tombeau du géant vaincu serait la colline du Charf. C’est encore Hercule qui, après avoir tué le dragon aux cent têtes qui gardait le jardin des Hespérides (non loin de Tanger) coupa en deux les terres, créant ainsi le Détroit où mer et océan mêlent leurs eaux.

Restinga Smir :

A 25 km de Tétouan dans les environs de M’Diq, un important centre balnéaire a été édifié. Ce complexe comporte des bungalows mis à la disposition de la clientèle et des bâtiments assurant les services communes : bar, restaurant, etc… Rien n’a été négligé sur le plan des distractions : un golf miniature, deux courts de tennis et un stand de tir aux pigeons bien entendu un night-club. On pouvait aussi s’adonner aux plaisirs du carrot automobile comme aux plaisirs de la voile (type 420) et de l’équitation. De telles installations faisant de Restinga l’une des grandes stations de vacances du Maroc, mais malheureusement cette animation a disparu laissant que des bâtiments sans âme.

Le complexe balnéaire de Restinga a une capacité d’hébergement de 1.404 lits et comptait :

l3 hôtels de grand confort :

a/ le Grand hôtel El Manar, de classe internationale a accueilli les hôtes les plus exigeants dans ses 8 appartements de luxe et 120 chambres avec salle de bain, téléphone et vue sur la mer, restaurant, bar, salon, piscine, night club. Actualemet, il est inhabitable après le départ du Club Med.

b/ L’hôtel Riad

Qui a été de première catégorie, situé en bordure de la plage, compte 73 chambres et 32 bungalows à 2 lits construits tout autour de la piscine, offrant un aménagement, une cuisine et un confort de tout premier ordre. C’était un plaisir de passer ces vacances.

c/ L’hôtel Karabo

Joint la simplicité au confort. Sa position à quelques mètres de la plage lui avait une fidèle et nombreuse clientèle. Toutes les chambres sont avec douche, W.C particulier et balcon avec vue sur mer, maintenant, il subit lente crosion.

Logement pavillonnaires

Restinga est aussi station idéale pour la vie en famille. Plusieurs formules d’hébergement étaient possibles. Elles permettent d’effectuer dans cette agréable à des prix inéressants, presque inhabitable.

a) 24 chalets à 4 lits

véritables petites villas construites sur des parcelles de terrain de 400 m2.

b) 34 bungalows (2 lits), construits en groupe le long de la plage.

c) 91 Résidences (2 lits)

situées entre les immeubles et les chalets, elles sont construites en « groupe » au rez de chaussée, à deux ou 3 niveaux.

d)104 Bungalows (3 lits)

Construits en groupe le long de la plage, certains sont communiquant et possédant un garage.

e) 32 Appartements (5 lits).

f)14 appartements (4 lits).

g) 4 appartements ( 6 lits)

Tous les bungalows, chalets et appartements ont été équipé d’une literie complète serviette de toilette, de bain etc. Tout ce complexe dans un état lamentable depuis le départ de M. Alami et son équipe de Maroc Tourist, il devient un produit incommercialisable pour les touristes étrangers.

M’Diq

A 27 km de Tétouan, sur la route qui mène à Sebta, se situe le petit port de pêche de M’Diq, niché aux creux d’une baie impressionnante. A gauche, s’est construit un très important centre balnéaire ; à droite, la plage est bordée par une chaîne de collines, cet endroit inutilisable et abandonné. Les eaux de la Méditerranée sont particulièrement bleues et calmes. Ce site unique est délaissé jusqu’à présent, mais M’Diq devait être un centre de vacances de premier plan. Dommage

Rio Martil :

Rio Martil a de tous temps été la plage de prédilection des habitants de Tétouan. Elle n’est distante de la ville que d’une dizaine de kilomètres. L’embouchure de l’Oued Martil en fait un abri naturel pour les pêcheurs. Un imposant « Moussem » y a lieu chaque année au mois de juillet : c’est la fête de l’Hansera, ou de l’eau que célèbrent avec ferveur toutes les populations de la Côte du Rif.

Oued Laou :

Il y a peu de temps encore, le petit village de Oued Laou n’était habité que par d’humbles pêcheurs. A bord de leurs étranges barques, les « tagarrabout », ils allaient chaque jour chercher en mer le strict nécessaire à leur subsistance. Une magnifique plage de sable fin, que bordent des palmiers sur plusieurs kilomètres, était ainsi laissée dans l’oubli. L’ensemble de la mise en valeur de la côte du Rif a tiré Oued Laou de son long sommeil. Un barrage a été édifié en amont de l’oued, qui assure l’irrigation de la plaine. Des bungalows surgissent ça et là sur la plage et Oued Laou à 35 km à peine de Tétouan est appelé à un bel avenir.

Al Hoceima

Située aux creux d’une baie bien abritée formée par une côte rocheuse abrupte coupée de charmantes plages. Al Hoceima est la perle de cette côte méditerranéenne, qui, de Tanger à Nador, déroule tout un chapelet de calanques, de criques et de plages qui appellent aux joies de la natation, du canotage, de la pêche sous-marine.

La plage d’Al Hoceima étale son parterre de sable fin, au pied de la falaise sur laquelle ses bungalows sont disséminés.

Au bord de la plage l’hôtel Quevedo, au sommet de la falaise l’hôtel Mohammed V, tous deux étaient élégants et modernes. Près de la plage, le petit port paisible et charmant, pouvait accueillir de petits bateaux.

A l’époque, Maroc Tourist a aménagé à Al Hoceima, dans une baie de rêve un complexe balnéaire doté des équipements les plus perfectionnés.

Ce complexe comprend :

l2 hôtels : Hôtel Mohammed V et Hôtel Le Quemado.

l30 chalets.

Hôtels

Hôtel Mohammed V : surplombant la baie, il possède 44 chambres doubles toutes avec salle de bain (baignoire ou douche) W.C particulier, balcon et vue sur la mer, téléphone.

Hôtel le Quemado : situé en bordure de la plage, comprend 102 chambres doubles toutes avec 2 lits jumeaux, salle de bain, W.C particulier, loggia et vue sur la mer, Téléphone.

Logements

Pavillonnaires

16 chalets 3 lits.

Restaurant

La plage d’Al Hoceima était dotée de 2 restaurants. Ce complexe qui était adoré par les touristes allemands et scandinaves, n’arrive pas à récupérer actuellement ses lettres de noblesses, les nouveaux propriétaires se débattent dans la gestion sans avoir la qualité requise.

Read 552 times

Espace Publicitaire

AP-Almohades-casa.jpgatlashospitality.jpg

Votre avis nous intéresse

N’hésitez pas à nous envoyer vos commentaires à l’adresse

vietouristique@gmail.com

avis
  Copyright © 2011-2015 --- La Vie Touristique
Designed by Créative web