Qui est en ligne ?

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui372
mod_vvisit_counterHier1498
mod_vvisit_counterCette semaine1870
mod_vvisit_counterLa semaine dernière12319
mod_vvisit_counterCe mois-ci42472
mod_vvisit_counterLe mois dernier58122
mod_vvisit_counterTotal2596767
:  en ligne
Votre IP: 54.198.142.121
 , 
Aujourd'hui: Sep 25, 2018

pub01

Evénement

Evénement (22)

Après des mois de tergiversations (six, pour être précis), on connaît enfin le nom de celui qui

présidera aux destinées de l'Office National Marocain du Tourisme : Abderrafie Zouiten, jusqu'alors directeur général

exécutif de la RAM a en effet été choisi lors du conseil de

gouvernement du 20 juin pour prendre les rênes de l'organisme chargé de conduire la politique promotionnelle du tourisme marocain.

Zouiten qui rit

Né en 1955 et ayant à son actif plus de 23 ans passés à la maison RAM, il côtoie depuis longtemps les professionnels marocains et a une connaissance intime du tourisme et de ses rouages.

Ancien directeur régional de la RAM à Paris, pilotant donc le premier marché émetteur pour le royaume (c’est d’ailleurs sous sa direction, au début des années 2000, que l’offre commerciale touristique sur le Maroc a explosé), il compte, de plus, à son actif l'ouverture de nombreuses dessertes aériennes (notamment Sao Paulo). De plus, gardant un pied à la RAM, à laquelle il est juste détaché pour mission, il offre une expérience et un profil des plus interessants à l'heure où les professionnels du tourisme appelent à une meilleure convergence entre le tourisme et l'aérien, qui en est le nerf de la guerre.

Ayant la lourde charge de présider à la refondation d'un ONMT en perte de vitesse, de réduire ses frais de fonctionnement et de représentation à l'étranger tout en améliorant son efficacité (en définissant enfin des objectifs clairs et chiffrés aux délégations en poste sur nos marchés émetteurs), il devra nécessairement en finir avec la forte propention qu'a l'organisme d'accorder ses postes en fonction de critères autres qu'économiques ainsi qu'avec sa culture de courtisanerie. Une mission difficile mais qu'il peut réussir.

Haddad qui pleure

Il faut dire que Zouiten est loin d'être un profane, que se soit en termes de connaissance du secteur touristique ou de politique managériale ; ce qui explique certainement que son nom ne figurait pas sur la short-list dressé par le ministère de Haddad...

En effet, derrière son apparence effacée, Zouiten est loin d'être un enfant de coeur.

Intelligent, froid et discipliné, c'est un flingueur qui sait trancher et qui ne se laisse pas détourner de ses objectifs ; entre lui et Haddad, il va y avoir du sport... Car cette nomination sonne comme un premier désaveu pour notre ministre. Ce dernier, en faisant durer la situation d'intérim d'un Jamal Kilito fragilisé par l'inconfortable posture de "celui-qui-va-bientôt-partir-mais-on-ne-sait-jamais", avait, de fait, sous sa main un DG à la "botte", incapable de contrecarrer ses désitératas et ses états d'âme ; à chaque déclaration de la tutelle, les cadres de l'office étaient appelés à applaudir en souriant béatement (ou bêtement ?).

Aujourd'hui, le ministre a beau essayé de faire croire que Zouiten est son choix "au terme d’un processus de sélection international rigoureux", et de déclarer à qui veut l'entendre tout le bien qu'il pense de lui et de l'aide qu'il peut apporter à "l'implémentation de la Vision 2020", les professionnels ne sont pas dupes, la pilule est amère à faire passer : il a face à lui une expertise et un bilan, bref tout ce qu'il n'a pas.

Le groupe Chaâbi vient d’inaugurer un nouveau Palais de Congrès, dans le but de participer à la dynamisation de segment MICE dans la ville ocre.

Disposant de quatre niveaux sur une superficie totale de 16.000 m2, dont 3.000 m2 consacrés à l'espace d'exposition, il propose une capacité totale de 5.000 places, dont 1.800 en amphithéâtre, 600 en bal room, et de 10 à 600 places pour chacune de ses 28 salles de commissions. Répondant à tous les critères d'un centre de conférence de haut niveau, cette nouvelle réalisation inquiète à plus d'un titre le groupe CMKD, propriétaire de l'hôtel et du Palais des Congrès Mansour Eddahbi.

En effet outre le fait que ce nouveau centre disposera d'équipements des plus modernes, sa direction a été confiée à un professionnel aguerri de l'industrie touristique, Mohammed Zizi, qui aura notamment dirigé... le Mansour Eddahbi ! Ce nouvel investissement illustre la volonté du promoteur Miloud Chaâbi de pénetrer toujours davantage l'industrie touristique et d'initier de nouvelles activités à forte valeur ajoutée ainsi que de créer des opportunités d'emploi.

En revendiquant les plus grands événements artistiques et culturels de la capitale économique, Sofitel Casablanca Tour Blanche a organisé, une 1ère édition des Escales Littéraires avec, comme invités de marque, les écrivains Robert Solé et Denis Labayle.

Organisé sous le signe de "Lier la passion de l'excellence à l'ambition de la culture", l'objectif de cet événement n'était autre que d'inviter des auteurs qui marquent leur époque à partager avec le public leurs dernières créations, mais aussi sur leur rapport à la culture et l'écriture et leurs idées et réflexions sur le monde qui nous entoure.

Un grand moment donc avec des grands noms de l'art du roman, de la poésie et de la pensée et qui place Sofitel au cœur de sa vocation, celle également d'être au service de l'action culturelle et de la création.

Robert Solé

Robert Solé est écrivain et journaliste français, d’origine égyptienne. Né au Caire en 1946, il est arrivé en France à l'âge de 18 ans.

Au journal Le Monde, où il a passé une quarantaine d'années. Il a pris sa retraite de journaliste en mars 2011 pour se consacrer à l’écriture. Robert Solé a publié cinq romans aux Editions du Seuil :

Le Tarbouche (1992), Le Sémaphore d’Alexandrie (1994),

La Mamelouka (1996),

Mazag (2000) et Une soirée au Caire (2010). Il a écrit aussi divers essais ou récits historiques, parmi lesquels L’Egypte, passion française (1997), Les Savants de Bonaparte (1998), Dictionnaire amoureux de l’Egypte (Plon, 2001), Le grand voyage de l’Obélisque (2004), Bonaparte à la conquête de l’Egypte (2006), La Vie éternelle de Ramsès II (2011), Le Pharaon renversé (2011) et Champollion (2012).

A l’occasion de 50 ans

d’existence de la délégation du tourisme à Düsseldorf en Allemagne et qui a été inauguré par SM le Roi Hassan II. L’ouverture de cette délégation en 1962 par Hadj Mohamed Echouafni a crée l’événement en Allemagne et une bonne image de marque auprès du peuple allemand de ce fait cette image a été lié aux opinions et aux attitudes existantes sur la destination touristique

marocaine qui s’est traduit par une augmentation des arrivées des touristes allemands qui sont passés de 15.000 à 100.000 en quelques années.

M. Echaouafni n’était pas

seulement délégué du tourisme, il était l’ambassadeur par excellence de notre pays.

Nous l’avons vu à l’œuvre entre

prendre des actions

promotionnelles de grandes envergures dans les domaines du produit agricole en passant par le tourisme et d’autres branches économico-social. Toutes ces actions avec un budget Zéro centime. A cette occasion, la Vie Touristique qui a vécu tous ces événements rend hommage à ce combattant de première heure du développement touristique de notre pays.

Avec l'ouverture de Sofitel Agadir Thalassa sea and spa et l'existence depuis dix ans de Royal Bay Resort à Agadir, M.Mohamed Aqqa , directeur d’exploitation de l’hôtel Royal Bay Resort précise «notre chaine dispose ainsi du premier site Sofitel au Maroc, voire au monde. Du coup, notre objectif est d'avoir un directeur site en l'occurrence Samy Boukhaled qui sera secondé par deux directeurs d'exploitation qui géreront respectivement les deux hôtels.

Cet organigramme sera par conséquent étendu aux autres départements pour créer une équipe de support site qui englobe le commercial, les RH, le financier, le technique et autres. Autant dire que les deux hôtels sont complémentaires et qu'ils peuvent ou plutôt doivent créer entre eux une synergie pour satisfaire la clientèle des deux bords. Le Royal Bays Resort est un hôtel orienté vers la famille et les loisirs qui dispose d'une plage privée de 6000m2 et une baie de palmiers qui borde une plage privée sans oublier les deux piscines (chaude et froide). Le client a une multitude de choix, mais l'enfant reste roi dans cet espace où un kit villa est réservé spécialement aux enfants dont l'âge varie entre 4 et 12 ans, voire plus. L'autre attraction très prisée reste bien sûr notre lounge bar restaurant le SO qui est unique avec sa musique live chantée par des groupes internationaux qui changent tous les deux mois. Quant à Sofitel Thalassa Sea and spa, c'est un hôtel orienté vers la détente et le bien-être avec un institut de thalassothérapie qui prodigue cure, bonne hygiène de vie et un programme d'alimentation personnalisé. La gastronomie ou plutôt l'art de manger sainement des produits frais de la région d'Agadir est de mise grâce à notre spécialiste en la matière, le chef consultant Patrice Demongène. En résumé dans la famille Sofitel, on peut passer d'un hôtel à un autre sans être dépaysé, bien au contraire on y gagne en avantages et en services».                                              

Nous avons assisté à une grande fête à l'occasion de l'ouverture de l'hôtel Sofitel Agadir Thalassa Sea and spa. Ce sont les personnels de Royal Bay Resort qui souhaitaient la bienvenue à leurs nouveaux collègues de Sofitel Agadir Thalassa.

C'est donc une fête grandiose qui arrive quatre jours avant l'inauguration et qui consacre le personnel de cet hôtel ou plutôt ce que j'appelle toujours les ambassadeur, nous déclare M. Boukhaled. «Car le personnel, quel que soit son rang reflète l'image de l'établissement, de sa renommée et de la qualité de service et du produit qu'il vend. On ne peut pas vendre un produit si le personnel ne se l'approprie pas, voire s'il ne s'identifie pas à l'hôtel où il travaille.

On est donc doublement heureux aujourd'hui parce que d'abord le site d'Agadir compte désormais deux Sofitel : Royal Bay Resort et Sofitel agadir Thalassa Sea and spa. Et ensuite parce que ce sont plus de 500 collaborateurs qui sont réunis aujourd'hui pour faire la fête mais aussi et surtout pour créer une synergie entre les deux hôtels. Il est vrai qu'il y a un seul site Sofitel à Agadir mais cela n'empêche pas que les deux hôtels aient deux identités différentes.

Royal Bay Resort qui existe depuis dix ans a marqué son territoire au niveau national et international avec une connotation familiale (famille, enfant, séminaire et autres).

D'un autre coté Sofitel Thalasso s'érige avec une identité de bien-être et de plaisir destinée à une certaine clientèle qui cherche à être zen et bien dans sa peau et dans son esprit.

D'où notre recherche de synergie entre ces deux pôles quand par exemple le client de Sofitel thalasso veut faire une escapade dans le Night lounge OSO au Royal Bay Resort. Et vice versa le client de ce dernier hôtel peut aller faire une cure dans le Sofitel Thalasso sea and spa tout en restant dans la même famille hôtelière et par conséquent dans le même esprit de bien-être».  

Comme toujours, Sofitel ne lésine pas avec les moyens, ni avec les bonnes idées pour célébrer un événement ou procéder à l'ouverture d'un nouvel hôtel. L'inauguration de l'hôtel Sofitel Agadir Thalassa sea & Spa n'a pas failli à la règle de la célébration en grandes pompes dans une ambiance bonne enfant.

L'événement qui marque l'avènement d'un deuxième Sofitel dans la capitale de Souss en vaut la chandelle. Le choix du 8 Mars n'est pas fortuit. Tout le monde peut le deviner, au Sofitel la femme prend une place prépondérante dans tous les espaces et surtout dans le cœur de tout le personnel. Autant dire que le jeudi 8 mars 2012 est une journée de la femme qui est célébrée tous les jours depuis l'ouverture du premier hôtel Sofitel dans le monde. L'autre bonne idée a consisté à organiser une fête au sein d'un autre fleuron de la chaine en l'occurrence Royal Bay resort.

L'équipe dirigeante de l'ainé des Sofitel a tenu à souhaiter la bienvenue dans le site de la famille en organisant une soirée à l'honneur du personnel du Sofitel Agadir Thalassa. Une soirée de baptême pour ce nouveau personnel qui prend le relais de ses aînés avec la même volonté et la même compétence de servir les clients de Sofitel. Les nouveaux collaborateurs ou les « ambassadeurs » comme les qualifient si bien leur directeur général, Samy Boukhaled seront la clé de voûte du nouveau Sofitel Agadir Thalassa Sea & Spa. Un hôtel de rêve de par sa situation en face de l'océan Atlantique en bordure d'une plage privée et du haut de ces cinq étoiles amplement méritées.

D'abord par une architecture multiforme qui joue merveilleusement avec les singularités en contrastant le traditionnel avec le contemporain. A tel point qu'on découvre partout des exceptions à partir des 125 chambres et 48 suites que compte cet établissement. Première originalité, toutes les chambres sont dotées d'une terrasse, ce qui est, à la fois, une   prouesse technique et une œuvre artistique qui permet au client de bénéficier d'une vue imprenable sur l'infini…de la mer. L'autre originalité réside dans la chambre avec une salle de bain intérieure qui par la magie d'un miroir sans tain plonge votre regard à l'extérieur soit dans la verdure des jardins ou dans le bleu de l'océan. Les astuces de la décoration et d'une architecture osée sont multiples et frappent à l'œil dès que l'on s'approche de l'hôtel.

La première spécificité et elle est de taille, toute un pavillon est réservée à l'accueil avec la «Maison Arabe». Dessinée sous la forme d'un Riad avec une fontaine centrale, la Maison arabe est le symbole de l'accueil légendaire des Marocains donc un passage obligé.

Tellement obligé qu'il faut quitter cet espace accueillant, sortir vers l'extérieur et traverser un parchemin avant de pénétrer proprement dans l'hôtel. I n'ya pas de hall, on se retrouve dans une galerie qui mène votre regard droit au fond de l'océan. D'ailleurs tous les chemins de l'hôtel mènent vers la mer ou l'infini de la contemplation et du regard reposant : les trois restaurants, le vinothèque, le bar, l'institut de la thalassothérapie et autres. Même la gastronomie est spécifique à Sofitel Agadir avec des produits locaux que ce soient les légumes, les fruits, les poissons, voire le mode de cuisson.

C'est à un véritable cure que l'on se soumet surtout lorsque on aborde l'institut de thalassothérapie, lui aussi orienté vers la mer. L'hygiène de vie est le maître mot du naturopathe de la place sans que l'on ne soit obligé de changer mode de vie mais tout simplement en suivant un programme d'alimentation personnalisé.

L'institut de thalassothérapie qui comporte 16 cabines ressemble à un véritable parcours aquatique avec des tables de massages, du matériel aquatique, de jets, d'un bassin de nage à contre courant orienté vers l'Atlantique. Il n' ya qu'un pas pour faire le lien avec le spa, lui-même en corrélation avec le nouveau concept de Sofitel intitulé So Fit avec une salle de fitness où un coach est là pour réguler vos efforts.

Au fait tout est coaché dans le Sofitel Agadir Thalassa Sea and spa pour parfaire un mode de vie, un bien être du corps et de l'esprit dans un espace sain, pur, beau, agréable au cours d'un séjour utile.                      

Abdelmajid Ghallali

Vendredi, 16 Mars 2012 12:58

Marrakech Poker Open du 24 au 27 mai 2012

Written by

La 26e édition du Marrakech Poker Open se tiendra au Casino Es Saadi du 24 au 27 mai prochain.

Comme à l'accoutumée, le point d'orgue du festival prendra la forme d'un Main Event deepstack sur deux jours à 1 350 € de buy-in.

Après une première édition annuelle en février, le Marrakech Poker Open fera son retour fin mai. L'événement est traditionnellement très fréquenté par les joueurs de l'Hexagone.

Avec un Main Event à 1 350 € (tapis de 30 000 jetons et niveaux de 45 minutes), quatre satellites à 135 €, un deepstack à 500 €, un autre 500 € ou encore un short-handed turbo à 135 €, le programme se démarque peu des éditions précédentes.

Deux nouveautés méritent toutefois d'être soulignées : un tournoi bounty à 225 € de buy-in et, surtout, un High Roller à 2 700 € qui s'étendra sur deux jours et s'appuiera sur un format re-entry.

Quatre packages sont proposés par l'organisation aux joueurs désireux de prendre part à la fête :

- Le Pack Satellite à 500 € incluant un satellite à 45 € et deux satellites à 135 € (ainsi que 3 nuits en hôtel 4 ou 5*)

- Le Pack Deepstack à 820 € incluant le deepstack et un satellite à 135 € (ainsi que 3 nuits en hôtel 4 ou 5*)

- Le Pack Weekend à 1 540 € incluant l'entrée au Main Event (ainsi que 3 nuits en hôtel 5*)

- Le Pack Pro à 2 150 € incluant le Main Event et le deepstack (ainsi que 5 nuits en hôtel 5*).

<< Début < Précédent 1 2 Suivant > Fin >>
Page 2 sur 2

Espace Publicitaire

AP-Almohades-casa.jpgatlashospitality.jpg

Votre avis nous intéresse

N’hésitez pas à nous envoyer vos commentaires à l’adresse

vietouristique@gmail.com

avis
  Copyright © 2011-2015 --- La Vie Touristique
Designed by Créative web